25 Décembre 1914 : la trêve de Noël


“Faites un foot, pas la guerre”


Été 1914 : les grandes puissances du vieux continent se déclarent la guerre. Les empires s’affrontent. C’est la mobilisation générale, la conscription. Des millions de français, d’allemands, de britanniques, de russes… sont appelés sous les drapeaux. Côté français, plus de 8 millions de soldats et marins seront mobilisés de 1914 à 1918, dont 7% d’indigènes des colonies. Ce sont de jeunes hommes âgés de 20 à 40 ans pour la plupart, que les nations arrachent à leur foyer.

Les bourgeoisies européennes vont sacrifier les masses populaires et engager les armées dans une guerre totale pour défendre leurs intérêts impérialistes. Les soldats bretons sont souvent envoyés en première ligne aux côtés des tirailleurs sénégalais, car les officiers remarquent leur bravoure et leur envie d’aller “à la guerre”. En réalité ces soldats ne comprennent pas ce qu’il leur arrive, ne parlent souvent même pas français et réclament de rentrer “Ar Gêr”, “à la maison” en langue bretonne.

On sort de la révolution industrielle, les moyens et les techniques de production ont radicalement changé. Les industriels vont donc produire un conflit militaire mondial d’une intensité encore inconnue, armer massivement les nations et entraîner l’Europe puis le monde dans l’horreur. De nouvelles armes font leur apparition avec les véhicules blindés et l’utilisation des bombes chimiques. Une ligne de front de plusieurs centaines de kilomètres est érigée par les belligérants dans l’Est de la France et en Belgique.

Les soldats de chaque camp creusent des tranchées, les fortifient. Elles sont séparées par un “no man’s land” quasi infranchissable, un enfer de terre battue et de barbelés exposé aux déluges d’obus et aux balles des mitrailleuses. L’hiver arrive, et les hommes vivent dans conditions effroyables. Dans la boue, ils côtoient les rats et les cadavres en…

La suite est à lire sur: contre-attaque.net
Auteur: B