8 mai 1945 : le massacre de Sétif, Guelma et Kherrata en Algérie

8 mai 1945 : le massacre de Sétif, Guelma et Kherrata en Algérie


Devoir de mémoire


8 mai 1945 : le massacre de Sétif, Guelma et Kherrata en Algérie

Ce mercredi 8 mai, nous avons commémoré une date historique importante : la capitulation du Régime nazi et fin de la Seconde Guerre Mondiale en 1945. C’est aussi la date, beaucoup moins connue, de l’un des plus grands massacres colonial jamais commis par la France. Le jour même de cette journée de joie en France métropolitaine, marquée par l’arrêt de la guerre sur le sol européen, des dizaines de milliers d’Algériens sont tués par l’armée et la police française, dans les villes de Sétif, Guelma, Kherrata. Après cette journée fatidique, l’amorce de la Guerre d’Algérie a déjà commencé.

Ce jour là, au petit matin, près de 10.000 personnes se rassemblent à Sétif, ville du nord-est de l’Algérie, et manifestent, profitant de la victoire sur le nazisme pour réclamer leur propre libération. Un défilé pacifique, sans arme, aux cris de «Indépendance» ou encore «Libérez Messali Hadj», un leader algérien emprisonné, «L’Algérie est à nous». Pour la première fois, le drapeau algérien est brandi dans la rue : l’étendard vert et blanc.

Les policiers attaquent alors la foule pour arracher le drapeau. Un inspecteur tire et abat le porteur : un jeune scout de 22 ans. C’est la panique. Un car de gendarme fauche d’autres manifestant-es. Des colons ouvrent le feu sur la foule. Une milice d’européens est armée, des forces policières sont déployées. La manifestation se transforme en émeute. 23 Européens et 35 Algériens sont tués. Le couvre-feu est instauré pour les musulmans et le commissaire de la ville décrète que chaque mouvement jugé suspect peut provoquer un tir. La presse française qualifie les algériens de «terroristes».L’armée reprend le contrôle à Sétif, mais la colère gronde dans les villages de Kabylie, puis à Guelma et Kherata. À Guelma, des pancartes célèbrent la victoire des alliés ainsi que leurs drapeaux entourant un drapeau algérien, et le…

La suite est à lire sur: contre-attaque.net
Auteur: Phonax