8 mars 2024 : la grève féministe est une nécessité vitale ! Appel de la Coordination Féministe

Sur les lieux de travail, dans les foyers, dans les écoles et les universités : interrompons toute activité productive et reproductive, rétribuée et gratuite ; désertons les lieux de consommation et bloquons tous les domaines dans lesquels les violences et les oppressions se reproduisent.

Face aux attaques d’un gouvernement réactionnaire, raciste et misogyne, nous appelons à la grève le 8 mars 2024, Journée Internationale de lutte pour les droits des femmes et des minorités de genre.

Malgré les grands discours du gouvernement, l’impunité demeure la règle en termes de lutte contre les violences sexistes et sexuelles. Lorsqu’un agresseur blanc et proche du pouvoir est dénoncé, c’est toute la classe dominante qui s’insurge pour protéger son « honneur ».
Les récentes déclarations du président Macron, suite à l’affaire Depardieu, sont un cas d’école de ce masculinisme d’État qui reproduit la violence à toutes les échelles de la société.
En dépit de preuves accablantes, il remet en cause la parole des victimes et banalise les violences : ce gouvernement est antiféministe !

Partout dans le monde, notre droit à disposer de notre corps est attaqué.
L’accès à l’IVG fait l’objet de restrictions et d’entraves.
Les droits des personnes LGBTQIA+, et en particulier des personnes trans, sont la cible d’offensives réactionnaires.
L’autonomie des travailleur•euses du sexe est sans cesse remise en cause.
Les personnes porteuses d’un handicap visible ou invisible continuent d’être institutionnalisées et infantilisées.

Dernière provocation en date : Macron et son projet de « réarmement démographique » de la France, par lequel il veut nous dicter si nous devons avoir des enfants et quand.

Nous dénonçons la volonté du gouvernement d’instrumentaliser nos corps pour « réarmer le pays par la natalité ». Conjointement, ce même gouvernement restreint l’accès à la parentalité pour les…

La suite est à lire sur: paris-luttes.info
Auteur: