À Bordeaux, la candidate RN Julie Rechagneux fricote avec les néonazis

Julie Rechagneux vient d’être élue au Parlement européen avec le Rassemblement national. Mais elle se présente aussi à Bordeaux, dans la 4e circonscription. Figure du RN dans la région, elle a côtoyé un groupe néofasciste et le milieu néonazi.

Article venu de StreetPress :

Le Rassemblement national a fait une razzia aux élections européennes dans les communes de Gironde. Le parti lepéniste est arrivé en tête dans 97,6% des villes du département. Comme partout, le mouvement se tourne désormais vers les législatives. Après avoir fait élire pour la première fois en 2022 deux députés – Edwige Diaz et l’ancien identitaire Grégoire de Fournas – le RN en vise six au deuxième tour, le 7 juillet prochain. L’état-major espère notamment faire basculer la 4e circonscription, tenue par Alain David, le député PS sortant du Front populaire. Ils ont choisi comme candidate : Julie Rechagneux. Cette nouvelle députée européenne de 28 ans est directement repartie en campagne après son élection.

La candidate qui « pose avec des néonazis »

La jeune candidate d’un parti qui jure avoir coupé les ponts avec l’extrême droite groupusculaire a pourtant, depuis plusieurs années, des accointances avec l’extrême droite la plus radicale. Le 5 mars 2016, le groupuscule néofasciste Bordeaux nationaliste organise une « formation “média training” » avec le média d’extrême droite TV Libertés au bar Le Menhir, où les membres du Front national de la jeunesse (FNJ) d’alors se rendent régulièrement pour se retrouver, organiser des réunions ou les campagnes électorales. Au premier rang, sur une chaise en plastique, StreetPress a repéré une Julie Rechagneux qui affiche un visage concentré. Bordeaux nationaliste publie à l’époque des messages comme : « Dealer, une balle t’attend », et des slogans de violences contre les militants de gauche. Le groupuscule a même été dissous en 2022 en raison « d’une…

La suite est à lire sur: lagrappe.info
Auteur: