À la découverte du meilleur poivre du monde

Le voatsiperifery : quelle est donc cette nouvelle épice au nom imprononçable, coup de cœur de la cheffe triplement étoilée Anne-Sophie Pic ? Il s’agit du poivre sauvage de Madagascar, une épice endémique de l’île devenue populaire il y a une quinzaine d’années.

Considéré comme un des meilleurs poivres au monde, il possède un goût d’une subtilité rarement égalée, plus de saveurs et de senteurs et moins de piquant que les autres poivres. Une fois séchées, les baies dégagent des arômes à la fois boisés, terreux et fruités ; fraîches, ses saveurs et senteurs sont encore plus équilibrées. Le voatsiperifery est l’illustration parfaite des services écosystémiques dits « culturels » que fournissent les forêts naturelles de Madagascar et leur biodiversité.

De la médecine à la gastronomie

Si le voatsiperifery ne contribue pas à la sécurité alimentaire, il fournit cependant un plaisir gustatif à des gastronomes du monde entier ; une raison de plus d’investir dans la conservation de la biodiversité. Sa cueillette constitue une source de revenus pour les paysans vivant en lisière de forêts, notamment durant la période de soudure, période entre deux récoltes durant laquelle les gens n’ont presque pas à manger : les récoltes précédentes sont épuisées et les suivantes ne sont pas encore disponibles.

Il est aussi le parfait ambassadeur de Madagascar. C’est la seule épice exportée de Madagascar qui soit endémique de la grande île. Ce poivre sauvage est une petite baie ronde ou ovoïde. Ces baies s’organisent en grappes qui poussent sur de grandes lianes dans les forêts naturelles humides orientales de Madagascar, des littorales jusqu’aux hautes terres centrales. La plante est dioïque, c’est-à-dire que les fleurs mâles et femelles sont portées par des pieds distincts.

En malgache, voatsiperifery est la contraction de « voa » qui signifie fruit et de tsiperifery signifie « qui…

La suite est à lire sur: theconversation.com
Auteur: Jérôme Queste, Sociologue, Cirad