À La Hague, un joyeux défilé contre les déchets « mortifères » du nucléaire

Vauville (Manche), reportage

À gauche, la centrale nucléaire de Flamanville ; à droite, au loin, l’usine de traitement de déchets nucléaires de La Hague. Au milieu, les 150 manifestants dévalent les galets de la plage de Vauville (Manche) vers la mer dans un cortège joyeux et coloré. « Le nucléaire est quelque chose de mortifère, c’est pourquoi nous portons ce discours en nous amusant et avec convivialité, sinon c’est à se flinguer, franchement », lâche Pierre, tout sourire avec son enceinte portable crachant du Dalida.

Avec ses allures de bouquet final, cette étape sur la plage a marqué la fin du « Week-end Plouf » organisé par le collectif Piscine Nucléaire Stop. Débuté la veille le 13 avril, c’est à Cherbourg qu’a eu lieu le débat « Nucléaire et déni de démocratie », qui a attiré une centaine de personnes, puis un « atelier carnaval » et des concerts. Le lendemain, l’ancienne école de Vauville a accueilli les manifestants autour de pizzas pour ensuite défiler dans la commune et sa plage, sur le thème de l’eau.

Un « avenir magnifique » pour le nucléaire

Mobilisé depuis sa création en 2021 contre le projet de construction de deux nouveaux bassins de stockage de déchets radioactifs, Piscine Nucléaire Stop a pour spécificité de ne pas être opposé au nucléaire, mais considère le Nord Cotentin comme saturé par cette industrie. « Nous sommes contre la présence de ces déchets, confirme sous son déguisement Églantine, membre du collectif qui vit non loin, à Urville-Nacqueville. Il règne un vrai manque de consultation, notre avis est nullement pris en compte. Construire de nouvelles installations et relancer le nucléaire implique davantage de déchets ! »

Actuellement, l’usine de retraitement d’Orano est presque à saturation et ses quatre bassins font le plein. Le 7 mars dernier, le ministre de l’Économie Bruno Le Maire a notamment annoncé depuis La Hague la…

La suite est à lire sur: reporterre.net
Auteur: Guy Pichard