À Lodève, un 1er mai sous le signe de la paix et du malaise hospitalier

Une centaine de personnes se sont retrouvées ce mercredi 1er mai devant la sous-préfecture de Lodève. Malaise dans les hôpitaux, dégradation des services publics, mais aussi paix et antifascisme : les thèmes abordés dans la mobilisation du jour étaient variées.

Une CGT revigorée

C’est sous une pluie battante qu’une grosse centaine de personnes se sont retrouvées devant la sous-préfecture de Lodève pour le 1er mai. Dans la foule, une grosse majorité de syndicalistes de la CGT, mais aussi des lycéens du Syndicat de Combat Lycéen de Lodève.

“On a connu une grande vague d’adhésion après le mouvement contre la réforme des retraites », nous apprend Thierry Bousquel, secrétaire de l’Union Locale Clermont-Lodève. « Que ce soit des personnes isolées sur leur lieu de travail qui viennent nous aider à l’UL, ou d’autres qui rejoignent des syndicats déjà existants. Là ça s’est un peu calmé, mais beaucoup de nouvelles et nouveaux sont resté.es, et des gens continuent à nous rejoindre au compte-goutte. »

Malaise hospitalier

Élie Mazzarone est secrétaire général de la section syndicale du Centre Hospitalier de Lodève, récemment ouverte en décembre 2021. « On a beaucoup de problèmes avec la direction. », explique-t-il. « On aimerais que tous les agents du Centre Hospitalier puissent avoir trois semaines de congés consécutifs en été. Il nous faut plus de matériel, plus de personnel, plus de ressources. Le personnel encadrant manque de respect envers les autres salarié.es. Dans les différentes réunions de Comité Social et Économique on nous impose des questions, on ne nous laisse pas assez de temps pour préparer les réunions, et on est en dessous du nombre de réunions que la direction a l’obligation d’organiser. Pour toutes ses raisons on sera mobilisé.es le 13 mai, et on lâchera rien ! »

Le syndicat a déposé le 30 avril un préavis de grève pour la journée du 14 mai, et…

La suite est à lire sur: lepoing.net
Auteur: Le Poing