Á propos du 60e anniversaire des relations entre la France et la Chine — Jean-Pierre PAGE

Nimen Hao, Bonjour,

Monsieur le Président, Mesdames, Messieurs,

En établissant des relations diplomatiques en janvier 1964, la France et la République Populaire de Chine avaient rendez-vous avec l’histoire. Cette initiative politique exemplaire et sans précédent à cette époque bouleversa l’ordre des choses. En fait, la France et la Chine « ces deux mondes qui ne pouvaient s’ignorer » selon l’expression du Général De Gaulle furent capable de prendre en compte un patrimoine, une histoire commune et singulière mais aussi une curiosité réciproque qui existait déjà de longue date.

Le Général De Gaulle, de manière prémonitoire, avait compris bien avant d’autres hommes d’état occidentaux que s’agissant de la Chine nouvelle, la vision archaïque qui avait prévalu en Occident n’avait plus de sens ! Par conséquent, cette histoire entre la France et la Chine, « cette nation plus vieille que l’histoire » qui après 1949 avait repris sa marche en avant mériterait d’être plus largement connu. C’est aussi le but de ce Forum et de son exposition dont il faut se féliciter en remerciant nos hôtes chinois pour cette initiative et leur accueil, en particulier l’Agence de presse Xinhua et l’Ambassade de la République Populaire de Chine en France.

Le général De Gaulle, dont le porte-parole fut André Malraux, ne fît jamais mystère de son souhait de rencontrer le Président Mao Zedong, d’échanger et de partager avec celui-ci sur les enjeux et les défis de cette époque. Nous étions alors loin de ces commentaires sur « la naïveté » dont aurait fait preuve la France, comme on peut l’entendre aujourd’hui dans les commentaires de médias et de politiciens. C’est pourquoi, on devrait revisiter cette période, mettre en valeur l’esprit qui prévalait afin de persévérer dans la voie positive et constructive de ceux qui furent les initiateurs comme les négociateurs de nos relations diplomatiques comme Edgar…

La suite est à lire sur: www.legrandsoir.info
Auteur: Jean-Pierre PAGE