A quoi bon plus de recherches scientifiques sur le réchauffement climatique et l'écocide, puisque la civilisation industrielle ne veut ni s'arrêter ni s'adapter

Grâce aux scientifiques et écologistes, le réchauffement climatique et ses catastrophes, l’écocide planétaire et ses effets sont de plus en plus documentés et précis, bien assez pour être parlants et irréfutables.
Alors à présent à quoi bon continuer à creuser ça, et s’inquiéter comme dans Reporterre de moyens insuffisants pour telle ou telle recherche climatique sur les boucles de rétroaction de la fonte du permafrost ou la vitesse de l’élévation des océans ?

Davantage de recherches, de faits, de « scénarios climat précis » ne fera pas changer d’option les climatosceptiques, les techno-idolâtres ou les forcenés du Capital, et fera encore moins stopper la civilisation industrielle. Tout le monde est parfaitement au courant et les désastres climato-écologiques ont déjà largement commencé.
Déjà bien avant l’avènement de la civilisation industrielle on pouvait savoir que ce modèle de société était néfaste, sans big data ni scénarios pour l’avenir.
On a besoin de plus de résistances, d’actions de désarmement de grande ampleur, d’alternatives radicales, pas de davantage de documentations sur les dégâts monstrueux que commet le système en place.

Depuis longtemps, la civilisation industrielle (et ses dirigeants/fans/adeptes) veut continuer, quoi qu’il en coûte en désastres directs ou indirects. De nouvelles études plus précises, éventuellement plus alarmistes, n’y changeront rien.
La civilisation industrielle est un système global, trop bien installé, irréformable, incrusté dans les têtes et les infrastructures. Très peu de monde veut l’arrêter et faire autre chose. Les civilisés sont dépendants et prisonniers de ce système. Alors on essaie de se rassurer avec des innovations et transitions illusoires plutôt que de tout arrêter et de faire autre chose.

Apporter plus d’éléments scientifiques précis à un système qui quoi qu’il arrive ne veut pas s’arrêter est…

La suite est à lire sur: ricochets.cc
Auteur: