À Reims, l'extrême droite et les néonazis battent le pavé en toute impunité

Ce vendredi 24 novembre 2023, la cité des sacres a été le lieu de rencontre de l’extrême droite régionale, rassemblant lepénistes, zemmouristes, royalistes, mais avant tout identitaires, et parfois néonazis. Pendant près d’une heure, environ 70 personnes ont déambulé dans le proche centre en scandant bras tendus slogans identitaires, nationalistes et racistes, sans être inquiétés par la police ni la municipalité. Rétrospective.

Reims légendaire, Reims réactionnaire, Reims identitaire

Le 22 novembre, un appel à se rassembler le 24 novembre à 21 heures au parking du Boulingrin de Reims est d’abord partagé sur la page Instagram Français réveillez-vous, avant d’être relayé sur certains canaux Telegram à tendance identitaire, parfois clairement néonazie. Le rassemblement a officiellement pour but de rendre hommage à Thomas, le jeune homme assassiné à Crépol le 19 novembre. L’appel sera notamment relayé par la branche rémoise de l’UNI (syndicat étudiant d’extrême droite) et de nombreux jeunes Ultrems – les ultras du stade de Reims, en principe apolitiques, mais en réalité très marqués à l’extrême droite.

C’est peu avant 21 heures, l’heure prévue du rassemblement, que des personnes vêtues de noir, répondant à l’appel lancé sur les réseaux, s’attroupent à l’entrée des Halles du Boulingrin. Elles sont jeunes : aucune famille ni personne âgée n’est présente. En effet, et malgré certaines prétentions, cet appel relayé par des canaux nationalistes radicaux ne s’adressait pas aux personnes souhaitant seulement rendre hommage, mais plutôt à celles souhaitant agir de façon beaucoup plus concrète et réaliser un tour de force. Parmi les personnes présentes seront entre autres reconnus plusieurs Ultrems, certains hooligans néonazis des MesOs dont on ne présente plus les innombrables faits de violences, des membres de l’UNI et de Remes Patriam (groupuscule royaliste et identitaire…

La suite est à lire sur: manif-est.info
Auteur: