Affaire Oudéa-Castéra : l’entre-soi gluant de l’école privée bourgeoise

Comment le gouvernement peut-il encore et toujours battre les records dans le pathétique ? Comment peut-on encore réussir à s’indigner des propos tenus, après presque sept ans de mépris de classe permanent ? Et d’ailleurs, qui est la nouvelle ministre des Sports ET de l’Éducation nationale, Amélie Oudéa-Castéra, qui a récemment fait parler d’elle ? Tout d’abord, elle est la nièce de nos éditocrates préférés Alain Duhamel et Nathalie Saint-Cricq, et donc la cousine du journaliste Benjamin Duhamel. Autrement dit, la nièce et la cousine de celles et ceux qui commentent sa nomination, et appellent tout le temps “donner sa chance” à Macron et ses gouvernements successifs, malgré un bilan cataclysmique. Sur le plan professionnel, après un parcours classiquement bourgeois, c’est-à-dire Sciences PO-ENA (+ un passage à l’ESSEC), elle est un temps tenniswoman professionnelle, puis est nommée à la Cour des comptes, avant de partir vers de nouveaux challenges stimulants, entre la direction marketing du groupe Axa et l’administration du groupe Carrefour, où elle gagne 1,4 millions par an

500 000 euros par an de rémunération, un sacrifice pour la passion du sport

Elle devient ensuite présidente de la Fédération Française de Tennis et gagne “seulement” 500 000 euros à l’année. Interrogée par un député sur le niveau d’une telle rémunération, elle s’estime “pas bien payée” au regard du nombre d’heures qu’elle “s’enfourne” chaque semaine. Une justification classique dans le monde capitaliste, dont les dirigeants, petits et grands, aiment se raconter qu’ils se crèvent à la tâche autant que des ouvriers quand ils enchaînent déjeuner d’affaires, soirées d’inauguration, galas de charité et autres sauteries aux frais de leurs salariés ou du contribuable. Autre justification classique utilisée ces jours-ci par l’ex-présidente de la FFT et désormais ministre : « J’ai renoncé…

La suite est à lire sur: www.frustrationmagazine.fr
Auteur: Adrien Pourageaud