Affaire Rupnik : tensions au Vatican sur l’utilisation des œuvres du prêtre accusé de viols

« Nous devons éviter d’envoyer le message que le Saint-Siège est inconscient de la détresse psychologique dont souffrent tant de personnes. » Ce sont les mots du cardinal Sean O’Malley, président de la Commission pontificale pour la protection des mineurs, à propos de l’utilisation fréquente des œuvres de Marko Rupnik par le Vatican, et notamment son dicastère pour la communication, pour illustrer du contenu catholique en ligne.

Ces derniers mois « Vatican News », le site officiel du Vatican, placé sous la tutelle du dicastère pour la communication du Saint-Siège, a en effet régulièrement utilisé les œuvres du prêtre-mosaïste pour illustrer des articles en ligne sur les grandes fêtes catholiques, les grands saints… Les œuvres du mosaïste slovène, renvoyé de la Compagnie de Jésus en juin 2023, étaient également postées fréquemment sur les réseaux sociaux par Vatican News. Et ce, en dépit de la demande de plusieurs femmes se disant victimes de Marko Rupnik, qui avaient exprimé publiquement leur traumatisme à chaque fois qu’elles voyaient le Saint-Siège promouvoir ces mosaïques.

Cette prise de position du cardinal O’Malley contredit directement les dires du préfet du dicastère pour la communication Paolo Ruffini qui, quelques jours plus tôt, dans le cadre d’un déplacement à Atlanta, avait déclaré : « Pensez-vous que si je retire la photo d’une œuvre d’art de mon site Internet, je serai plus proche des victimes ? Je crois que vous avez tort. » Il répondait à une journaliste qui l’avait interrogé sur l’impact des photographies d’œuvres de Rupnik utilisées par Vatican News, sur ses victimes. En 2020 déjà, le prêtre avait été brièvement excommunié pour « absolution du complice » (il avait donné l’absolution à une femme qu’il avait agressée lors d’une confession en 2015).

Basilique de Lourdes, chapelle du pape au Vatican…

Le prêtre slovène de 68 ans, à la…

La suite est à lire sur: www.la-croix.com
Auteur: Héloïse de Neuville