Afrique de l'Ouest et du Centre : 55 millions de personnes confrontées à l'insécurité alimentaire

Il s’agit d’une augmentation de quatre millions du nombre de personnes actuellement confrontées à l’insécurité alimentaire dans cette région.

Le Mali fait face à la situation la plus grave – environ 2.600 personnes y sont présumées souffrir d’une faim catastrophique – phase 5 de l’indice de classification alimentaire IPC (lire notre explication du système IPC ici).

« Il est temps d’agir. Nous avons besoin que tous les partenaires s’engagent, adoptent et mettent en œuvre des programmes novateurs pour éviter que la situation ne devienne incontrôlable tout en veillant à ce que personne ne soit laissé pour compte », a déclaré Margot Vandervelden, Directrice régionale par intérim du PAM pour l’Afrique de l’Ouest.

Défis économiques et importations

Les données les plus récentes montrent que les troubles économiques, notamment la stagnation de la production, la dévaluation des monnaies, l’augmentation de l’inflation et les barrières commerciales, ont exacerbé la crise alimentaire au Nigéria, au Ghana, en Sierra Leone et au Mali.

Ces défis économiques, ainsi que les coûts du carburant et du transport, les sanctions de l’organisme régional CEDEAO et les restrictions sur les flux de produits agropastoraux, ont contribué à une forte augmentation des prix des céréales de base dans toute la région – une augmentation de plus de 100% au cours des cinq dernières années.

À ce jour, la production céréalière pour la campagne agricole 2023-2024 accuse un déficit de 12 millions de tonnes, tandis que la disponibilité de céréales par personne est en baisse de 2% par rapport à la dernière campagne agricole de la région.

Actuellement, l’Afrique de l’Ouest et l’Afrique centrale dépendent des importations pour satisfaire les besoins alimentaires de la population, mais les difficultés économiques ont augmenté le coût des importations.

Mme Vandervelden, du PAM, a souligné que ces problèmes nécessitaient un investissement plus important…

La suite est à lire sur: news.un.org
Auteur: Nations Unies FR