Agressions, provocations, homophobie : les partisans de Zemmour se lâchent