“Agro-terrorisme” : le lobby des pesticides saccage les bâtiments publics depuis deux semaines

Vous connaissez la Fédération nationale des syndicats d’exploitants agricoles ? La FNSEA, c’est le grand lobby des agriculteurs de droite. Un «syndicat» de gros exploitants agricoles, qui milite notamment en faveur de l’agro-industrie, qui revendique l’usage intensif de pesticides et d’une agriculture toujours plus productiviste et destructrice. Ce lobby est un ennemi juré des petits paysans et des mouvements écologistes. Il est par ailleurs extrêmement violent et systématiquement impuni.

Devinez quoi ? Depuis deux semaines, la FNSEA saccage joyeusement des préfectures, centres des impôts, caillasse la police et brûle d’énormes barricades sur les autoroutes. Cette fois-ci, pas d’arrestations violentes, pas de peines de prison, pas de gaz lacrymogènes ni de tirs de LBD. Pas non plus de mains arrachées, pas de gros-titres dans les médias pour parler de «l’ultra-violence» des manifestants. Le gouvernement laisse faire, la police regarde, les médias ne dramatisent pas. Les dégâts se chiffrent pourtant en millions d’euros, bien plus que les manifestations contre les mégabassines qui ont fait des centaines de blessés, provoqué la tentative de dissolution des Soulèvements de la terre et l’usage du terme «éco-terroriste» par Darmanin.

Pourquoi manifestent-ils ? Pour une bonne cause ? Pas vraiment. Ces saccages visent à supprimer une taxe sur les pesticides et l’eau. En clair, les gros exploitants veulent continuer à polluer, empoisonner les sols et pomper plus de ressources en eau. Et cette fois-ci, le gouvernement Macron qui n’a pas écouté 3 millions de manifestants sur les retraites choisi le dialogue et les concessions. Il a même assuré le 5 décembre à la FNSEA qu’il renonçait à l’augmentation de la taxe contestée. Victoire totale pour les pollueurs.

Ce que nous apprend cette histoire ? Que l’agro-terrorisme est autorisé en France, et qu’il est possible de saccager des préfectures quand on…

La suite est à lire sur: contre-attaque.net
Auteur: B