Alors que la guerre au Soudan s'enfonce dans le chaos, aucun lieu n’est sûr pour les civils (ONU)

La guerre qui a éclaté en avril dernier entre les forces armées soudanaises (SAF) et les forces paramilitaires de soutien rapide (RSF) a provoqué une instabilité politique, une grave urgence humanitaire et des violations généralisées des droits de l’homme.

Plus de 15.500 morts ont été signalés dans quelque 1.400 incidents violents visant des civils et le Soudan compte désormais près de 9,5 millions de personnes déplacées de force – 7,3 millions à l’intérieur du pays (PDI) et 1,9 million dans les pays voisins.

En outre, environ 18 millions de personnes souffrent d’une grave insécurité alimentaire et 5 millions sont menacées de famine. Les femmes enceintes sont les plus exposées et 7.000 nouvelles mères pourraient mourir au cours des prochains mois si elles n’ont pas accès à la nourriture et aux soins de santé.

Les combats à El Fasher

La situation est particulièrement préoccupante à El Fasher et dans ses environs. La capitale provinciale du Darfour-Nord, aujourd’hui assiégée, comptait avant la guerre une population d’environ 1,5 million d’habitants et abritait 800.000 personnes déplacées.

Elle subit désormais des bombardements incessants, des attaques aériennes et des atrocités sont commises à l’encontre des civils selon des critères ethniques, a déclaré aux ambassadeurs présents au Conseil de sécurité. Martha Pobee, la Sous-secrétaire générale des Nations Unies au Département des affaires politiques et de la consolidation de la paix.

« Les civils sont dans la ligne de mire. Ils ne sont à l’abri nulle part », a-t-elle déclaré.

Elle a appelé à un cessez-le-feu immédiat et à une désescalade conformément à la résolution 2736 du Conseil de sécurité adoptée la semaine dernière.

« Un cessez-le-feu à El Fasher est nécessaire dès maintenant pour empêcher de nouvelles atrocités, protéger les infrastructures essentielles et atténuer les souffrances des civils […] les parties doivent répondre à cet appel…

La suite est à lire sur: news.un.org
Auteur: Nations Unies FR