Amélie Oudéa-Castéra, enfin une ministre au franc-parler !

La France a une nouvelle ministre de l’Éducation nationale qui, en moins de 24 heures, a été contrainte par son prédécesseur devenu Premier ministre, de s’excuser auprès des enseignants. L’affaire laisse bouche bée, même si la Macronie nous a progressivement accoutumés à la nullité. Amélie Oudéa-Castéra a donc présenté ses excuses aux enseignants qu’elle a pu blesser par des propos déplacés. Personnellement je n’ai pas du tout été blessée. Je me suis même réjouie desdits propos.

Pour une fois, une responsable politique parlait sans le filtre de la com’, sans fards, cash. Pour une fois, sans plus aucuns faux-semblants, une parole vraie s’affirmait dans l’espace public. Lors d’un déplacement dans un collège le vendredi 12 janvier, la nouvelle ministre, interrogée par un journaliste de Mediapart sur la scolarisation de ses trois enfants au collège lycée privé Stanislas dans le sixième arrondissement parisien, a répondu très exactement ceci :

« Je vais vous raconter brièvement cette histoire : celle de notre aîné, Vincent ; Vincent qui a commencé comme sa maman à l’école publique, à l’école Littré. Et puis la frustration des parents, mon mari et moi, qui avons vu des tas d’heures qui n’étaient pas sérieusement remplacées. Et à un moment on en a eu marre, comme des centaines de milliers de familles qui à un moment ont fait un choix voilà, d’aller chercher une solution différente. On habitait rue Stanislas, scolariser nos enfants à Stanislas était un choix de proximité, et depuis, de manière continue, nous nous assurons que nos enfants sont bien formés avec l’exigence dans la maîtrise des savoirs fondamentaux, qu’ils sont heureux, qu’ils sont épanouis, qu’ ils ont des amis, qu’ils sont bien, qu’ils se sentent en sécurité, en confiance, et c’est le cas pour mes trois petits garçons, mes trois enfants qui sont…

La suite est à lire sur: www.politis.fr
Auteur: Laurence De Cock