Appel à dons #7 – point d'étape

Comme nous l’avions annoncé début décembre, notre comité de pilotage « finance et extorsion » a décidé de tester plusieurs modalités d’appel à dons afin de diversifier notre activité éditoriale florissante, mieux rémunérer nos collaborateurs et consolider notre ancrage dans le paysage médiatique.

Force est de constater que ces diverses tentatives ont abouti à un résultat plutôt mitigé. Nous sommes loin d’être parvenus à obtenir les 900 000 euros dont nous aurions besoin pour améliorer notre produit et accéder aux classes sociales supérieures. Pour l’heure, aucun milliardaire n’a dépêché de limousine pour nous transporter jusqu’à un entretien secret où nous aurions pu sceller quelques accords crapuleux quant à leur avenir et au notre.

Néanmoins, nous avons posté plus de 350 calendriers aux 4 coins du monde, accumulé largement suffisamment d’argent pour couvrir nos besoins de caféine pour les 20 ans à venir, nous avons reçu des centaines de mails tous plus touchants et encourageant les uns que les autres. Et, malgré la crise, l’inflation, l’intensification de l’accaparement capitaliste et de l’exploitation, nous avons reçu des dons – trop peu nombreux – dignes de l’époque du plein emploi.

Après 6 semaines, entrecoupées d’une trêve des confiseurs, petit point d’étape quant à cette levée de fond :

L’appel à dons #0,, postulait qu’une large part de notre lectorat avait établi un lien de confiance suffisant avec notre travail et les besoins matériels afférents pour qu’aucun discours de surplomb ne soit nécessaire pour qu’ils nous renouvellent leur confiance financière.

Pour l’appel à dons #1, nous avons au contraire pris soin d’enrober notre requête de nombreux gages de probité et pertinence. Il s’agissait d’apporter les arguments rationnels et imparables qui mèneraient nos lectrices et lecteurs à se délester d’une somme qu’ils choisissent en…

La suite est à lire sur: lundi.am
Auteur: dev