Au Pérou, des attrape-brouillard remplissent les réservoirs d’eau

Lima, une ville à sec

Plus de 10 millions d’habitants vivent à Lima, l’une des villes les plus sèches au monde. Le climat y est désertique et il n’y pleut quasiment pas. Les précipitations annuelles s’élèvent à 203 mm. Et la sécheresse empire avec le réchauffement climatique.

De grandes divisions subsistent dans la ville entre la population riche et les quartiers pauvres. Environ 1,7 millions des habitants n’ont pas accès au réseau d’eau potable de la ville et sont contraints d’acheter depuis des camions-citernes, même si l’eau n’est pas potable. La majorité de ces personnes vivent dans les collines, dans les bidonvilles du pays. Pour Abel Cruz, président de l’ONG El Movimiento Peruanos sin Agua (Le Mouvement des Péruviens sans Eau) : « C’est une tragédie. Tout le monde doit avoir accès à l’eau potable. »

La ville est enveloppée d’un épais brouillard gris nommé Le Ventre de l’Âne par les habitants durant la majeure partie de l’année. Le vent glacial et humide en provenance de l’Océan Pacifique entre régulièrement en collision avec l’air chaud et subtropical des côtes péruviennes. Mais ce brouillard s’est avéré être une occasion pour l’ONG.

En 2012, l’organisation a reçu 20 000 dollars de la part de USAID, l’Agence des Etats-Unis pour le développement international. Dix ans plus tard, 600 attrape-brouillards étaient installés à Lima, et 2000 dans tout le pays. En juin 2023, le projet a reçu de nouveau un soutien massif grâce à un accord signé avec le maire de Lima pour installer 10 000 attrape-brouillards de plus d’ici 4 ans dans les collines entourant la ville.

Des attrape-brouillard – Crédit : ONG Movimiento Peruanos Sin Agua

Les attrape-brouillard en développement pour soulager les habitants

Abel Cruz est également à l’origine de l’installation des attrapes-brouillards à Los Tres Miradores, un quartier très pauvre de Lima. Depuis 2021, une quarantaine de…

La suite est à lire sur: lareleveetlapeste.fr
Auteur: Maïté Debove