Bien-être des enseignants : après la pandémie, une éclaircie ? Tout dépend du pays

Au printemps 2020, la pandémie Covid-19 heurtait violemment les systèmes éducatifs partout dans le monde. S’en sont suivis des mois d’alternance de confinements et de déconfinements, accompagnés de protocoles sanitaires plus ou moins stricts dans les écoles.

En 2021, la première édition du Baromètre international de la santé et du bien-être des personnels de l’éducation (I-BEST) avait objectivé l’épuisement des enseignants, notamment en France, en Belgique et au Québec.

Deux ans plus tard, en 2023, alors que la pandémie est passée au second plan des préoccupations, la deuxième édition du Baromètre offre une nouvelle photo de la situation dans ces trois territoires. Comment le ressenti des enseignants y a-t-il évolué en deux ans ?

Suivre le bien-être des personnels de l’éducation dans le temps et l’espace

Le Baromètre I-BEST est un dispositif de recueil de données statistiques permettant d’avoir une vision actualisée des conditions de travail et du ressenti des personnels de l’éducation au niveau des territoires. L’objectif est d’identifier des priorités d’amélioration au plus près du terrain, dans une finalité de promotion de la santé des personnels de ce secteur, pilier de la société.

Cette enquête internationale a été mise en place en 2021 par le Réseau Éducation et Solidarité et la Fondation d’entreprise pour la santé publique, avec l’appui de l’Internationale de l’Éducation et la Chaire Unesco « ÉducationS et Santé ». Diffusée le plus largement possible auprès des personnels de l’éducation par des partenaires locaux, elle inclut une centaine de questions sur les conditions de travail, le ressenti professionnel, le bien-être et la santé, ainsi qu’un focus sur une thématique d’actualité.

La première édition d’I-BEST a eu lieu au printemps 2021 dans six pays ou régions à travers le monde : plus de 8 000 enseignants y avaient participé. La deuxième…

La suite est à lire sur: theconversation.com
Auteur: Marie-Noël Vercambre-Jacquot, Chercheur épidémiologiste, Fondation d’entreprise pour la santé publique