Bouquinistes : la protestation est venue de l’étranger


Mustapha Saha est sociologue, écrivain et figure nanterroise de Mai 68. Grand admirateur des bouquinistes des quais de Seine à Paris, il s’est mobilisé pour maintenir leur présence lors des Jeux olympiques et paralympiques, alors que la mairie de Paris avait envisagé de déplacer leurs « boîtes » pendant la manifestation sportive. Il raconte la mobilisation, finalement victorieuse.


Paris. Vendredi 14 juillet 2023. J’apprends que les boîtes vertes des quais de Seine risquent de disparaître pendant les Jeux olympiques. La sécurité est invoquée comme irréfutable alibi. Je me rends aussitôt sur place. Je discute avec les bouquinistes, abasourdis par une mesure d’ostracisation absurde, inique. J’enregistre leurs témoignages. Je publie une tribune, reprise dans plusieurs pays.

J’ai toujours ressenti une dette morale à l’égard des bouquinistes. Je les fréquente depuis mes années estudiantines. Les 230 bouquinistes parisiens tiennent en permanence la plus grande librairie du monde. Soit 300 000 livres. C’est là que je déniche depuis toujours des raretés inimaginables, des pépites insoupçonnables. En Mai 68, pendant une manifestation place Saint-Michel, sous une violente charge de la garde mobile, un bouquiniste m’arrache au sol et me cache sous une bâche. Il m’épargne à coup sûr de sérieuses blessures.

En d’autres temps, les Parisiens auraient manifesté, les intellectuels se seraient mobilisés.

Vendredi 17 novembre 2023. Il est 20 h 30, un camion-grue avec une longue remorque est en attente du test de démontage. Le quai de la Tournelle est sous des projecteurs, des gyrophares et des lumières éblouissantes. La rue est bloquée par des estafettes, des véhicules de toutes tailles estampillés mairie de Paris. Une mise en scène cinématographique. Les grands moyens déployés pour décourager toute velléité de rébellion. Une armada de guerre pour…

La suite est à lire sur: www.politis.fr
Auteur: