Catherine Vautrin, ministre de la Santé et (pas vraiment) du Travail

« Depuis que Mme Vautrin est arrivée, on a uniquement des interactions à sens unique avec elle. » Alexandra Abadie, secrétaire nationale de la CGT-SNTEFP – la branche du syndicat au ministère du Travail –, rit jaune quand elle parle de sa nouvelle ministre. En un mois, les différents syndicats représentatifs l’ont interpellé sur plusieurs sujets, sans qu’aucun retour ne leur soit fait. Ni de la part de leur ministre, ni de son cabinet.

Pourtant, ce ne sont pas les sujets qui manquent. En tête, cette menace explicite à l’égard des agents de l’inspection du travail lors de la mobilisation des exploitants agricoles. Un sanglier avait ainsi été pendu puis éventré devant les locaux de l’administration publique à Agen. Une « menace de mort » pour l’intégralité des syndicats de la profession, qui l’écrivent ainsi dans une nouvelle interpellation ce 14 février à la ministre récemment nommée.


Sur le même sujet : Crise agricole : le « deux poids deux mesures » assumé du gouvernement

Il est vrai que cette intimidation aux services de l’inspection du travail n’a pas fait l’objet d’une ferme condamnation de la part de Catherine Vautrin. Celle-ci a, sobrement, affirmé « tout le soutien qui est le [sien] aux inspecteurs du travail », sur la matinale de France Bleue Champagne-Ardenne le 6 février. Sur les ondes d’une radio locale, donc, sans que cette prise de parole soit suivie d’une déclaration plus importante.

Ça nous paraît aberrant qu’il n’y ait aucune réaction forte de la ministre.

A. Abadie

« Aujourd’hui, on est dans une situation d’urgence. On a reçu des menaces très importantes qui interviennent pile 20 ans après l’assassinat de deux collègues par un agriculteur à Saussignac. Le sujet est majeur et…

La suite est à lire sur: www.politis.fr
Auteur: Pierre Jequier-Zalc