Civiliser le désert américain

Le texte qui suite est extrait d’une conférence intitulée « what just happened ??? » qui s’est tenue le 28 mai 2021 pour le premier anniversaire du soulèvement George Floyd.

Que s’est-il passé ?

Eh bien, alors, en vrai, ce qu’il s’est passé, c’est…
Boom ! 574 émeutes ; 2 382 cas de pillage.

En plus de tout ça… 97 voitures de flics incendiées ; 13 flics, eux-mêmes, ont été abattus ; et 9 d’entre eux Daeshisés dans des cas de délits de fuite.

Alors, je peux aussi vous dire ce qui ne s’est pas passé…

Ce qui s’est passé de mai à juin 2020 n’était pas une série, pour la plupart, de ’manifestations pacifiques’.
Comme ce n’était pas non plus à l’initiative d’un crétin blanc en chemise hawaïenne.
Et pour cause, la peur d’une initiative révolutionnaire noire court si profondément dans ce pays que, à la fois les libéraux et les conservateurs, MSNBC et FOX News, sont maintenant en compétition pour voir qui peut concevoir la plus folle des théories du complot.
Tout cela pour simplement dissimuler les faits sur qui a déclenché l’un des soulèvements les plus importants et les plus larges de l’histoire américaine.

James Baldwin a dit un jour : ’L’un des dangers à être un Noir américain est d’être schizophrène, et je veux dire « schizophrène » au sens le plus littéral.’
Pourtant, pendant un bref instant, un instant suffisamment long pour reprendre son souffle au propre comme au figuré, les rôles ont été complètement inversés : leur confusion est devenue notre raison, leur chaos est devenu notre paix.
Mais surtout, parmi la masse des députés-citoyens solitaires, isolés, autonomes, morts-vivants de la friche américaine, avec leurs névroses incurables et leurs routines dérangées, nous avons vu, pour la première fois, comme un bref aperçu d’humanité.

C’est l’introduction du projet humaniste fanonien, posé à la fin des Damnés de la Terre : une véritable mission civilisatrice.

Mais seulement pour ceux qui ont participé, sur un plan presque spirituel, corps et âme, au non-mouvement, plutôt qu’au mouvement social.

Courir avec les nègres des champs qui se sont libérés ; se sont lâchés sur les banques et se sont lâchés sur les bureaux de libération conditionnelle.
Mais même moi, je peux sentir les chaînes se resserrer ; et je me demande combien de temps ils vont encore me laisser me lever ici et parler de ce merdier.

C’est-à-dire qu’après une année de pandémie, d’agitations et de catastrophes naturelles, tant…

La suite est à lire sur: lundi.am
Auteur: lundimatin