Comment financer les politiques climatiques en Amérique latine et dans les Caraïbes ?

Le constat dressé lors de la COP28 à Dubaï est sans appel : l’Amérique latine et les Caraïbes font face à un important défaut de financement de l’action pour le climat. Pour remédier aux effets du changement climatique, les financements devraient en effet décupler par rapport à leurs niveaux de 2020.

Cela nécessite de développer davantage les instruments de financement innovants mis en place ces dernières années et de catalyser les financements pour le climat des principaux acteurs internationaux. C’est l’objet de la Coalition mondiale pour le renforcement des moyens d’action créée lors de la COP28.

Une région particulièrement vulnérable

Le nombre de catastrophes naturelles en Amérique latine et dans les Caraïbes a presque doublé entre les décennies 1980 et 2010, faisant de cette région la zone géographique la plus touchée au cours de la décennie écoulée. Depuis 2000, trois personnes sur dix ont été affectées par une catastrophe naturelle. En 2023, 91 % des citoyens de treize pays d’Amérique latine déclarent que le changement climatique a un impact sur leur vie quotidienne. Ces catastrophes naturelles peuvent entrainer des coûts économiques élevés. Par exemple, à la suite de l’ouragan Maria en 2017, la République dominicaine a subi des dommages estimés à 226 % de son produit intérieur brut : destruction des infrastructures (routes, ponts et réseaux d’électricité), destruction du capital physique et dégradation du capital humain.

Face à ces dégâts économiques, il est nécessaire d’améliorer la résilience de la zone par la mise en place de politiques d’atténuation et d’adaptation au changement climatique. Les premières ont pour objectif de réduire les émissions de gaz à effet de serre, avant que les effets du changement climatique ne soient irréversibles. Il s’agit, par exemple, d’installer des panneaux solaires sur les bâtiments afin d’améliorer leur efficacité…

La suite est à lire sur: theconversation.com
Auteur: Florian Morvillier, Économiste, CEPII