Compte-rendu d'une convocation obligatoire à une information collective dans le cadre du dispositif RSA.

Ce vendredi 3 mai, nous étions une cinquantaine de personnes convoquées à la salle des fêtes de Pleyben, à une après-midi d’information collective obligatoire. Notre point commun était d’avoir un statut d’entreprise individuelle (travailleur indépendant, artiste, cotisant solidaire…) et de bénéficier du RSA.
Trois coachs internes du conseil départemental nous ont présenté brièvement la réforme du RSA et la signature du contrat d’engagement réciproque. Depuis le premier mai, la métropole brestoise est une zone test pour l’application des quinze heures hebdomadaires d’activité pour les bénéficiaires du RSA, et ce dispositif doit s’étendre à l’ensemble du pays le 1 janvier 2025. Les coachs nous ont détaillé le dispositif d’engagement réciproque : à l’issue de l’après-midi, chaque personne devait signer ce contrat. La signature de celui-ci nous engage à avoir un rendez-vous mensuel personnalisé pendant trois mois avec des objectifs réévalués et à accomplir pour le rendez-vous suivant. Toutes ces mesures sont présentées comme obligatoires, la non-signature de ce contrat entraînant la radiation du dispositif RSA. Ne pas se présenter à ces rendez-vous fixés doit entraîner une réduction du RSA et si les absences venaient à se répéter, elles entraîneraient une radiation du dispositif RSA. L’objectif affiché de ce coaching est notre sortie du dispositif RSA, soit par une augmentation de notre activité (mais « ne vous inquiétez pas, vous aurez d’autres formes d’aides comme la prime d’activité ») ou par un changement de voie professionnelle. Très peu d’informations ont été données sur les quinze heures d’activités, ni sur France Travail, même si les coachs nous ont dit que nous allions automatiquement être inscrits dans cette institution. Cette présentation a été très brève, une quinzaine de minutes, puis les coachs nous ont distribué les contrats d’engagement à…

La suite est à lire sur: bourrasque-info.org
Auteur: