Concentration des médias, grèves dans les rédactions, Hanouna et compagnie : revue de presse de la semaine

Critique des médias : une revue de presse hebdomadaire. Si ce n’est exhaustive, au moins indicative. Au programme : du 14/11/22 au 18/11/22.

Économie des médias

Appels à dons : Acrimed a lancé sa campagne de souscription le 17/11 : « Appel à dons : 40 000 euros pour préparer 2023 ! », tout comme l’Observatoire des multinationales, rejoignant ainsi plusieurs autres appels à soutien : CQFD, Siné Mensuel, Le Média, Mediacités, StreetPress, le Fonds pour une presse libre

Concentration et financiarisation des médias : « La situation est préoccupante, écrivions-nous dans l’édito du Médiacritiques n°44, consacré à la concentration et la financiarisation des médias. D’un côté, des propriétaires qui ne se privent pas de peser sur la ligne éditoriale de leur média, notamment en période d’élections, et qui peuvent pour cela s’appuyer sur des chefferies à leur écoute. De l’autre, une financiarisation qui fait primer des logiques de rentabilité et de profitabilité, au lieu d’investir dans le reportage et l’enquête. »

Le 16/11, la commission des affaires culturelles de l’Assemblée nationale a examiné – puis voté contre – une proposition de loi « visant à mettre fin à la concentration dans les médias et l’industrie culturelle », signée par les 75 députés du groupe LFI-Nupes. Voir le compte rendu d’Acrimed, et la tribune de Clémentine Autain dans Le Monde (16/11).

Sur la concentration des médias, lire aussi :


 « Konbini, le média écolo financé par un pétrolier lié à la Macronie », Le Vent se lève, 14/11.

- « LVMH s’invite au “Monde”, Daniel Kretinsky à “Libération” », Fonds pour une presse libre, 14/11.

- « L’ère des milliardaires », André Gunthert, L’image sociale, 15/11.

- « Hugo Clément lance Vakita, un média indépendant et engagé : “J’assume un engagement très fort” », Le Parisien, 15/11, et en particulier ce passage : « Pour lancer son site, il a fait appel à plusieurs investisseurs, parmi lesquels Xavier Niel, Marc Simoncini ou encore la famille Parisot. “Il n’y aura aucune pression puisque nous avons la majorité des parts de la société, jure Hugo Clément. Tous ont simplement décidé de nous aider. Nous les connaissons depuis plusieurs années et nous défendons des causes communes. Et nous n’avons pas fait de grosses levées de fonds, nous fonctionnons en petit épicier. On veut fuir la folie des grandeurs que peuvent avoir certains nouveaux médias sur Internet.” »

Grèves dans les rédactions et clauses de…

La suite est à lire sur: www.acrimed.org
Auteur: Maxime Friot Acrimed