Conversation avec Sergei Guriev : « Le seul scénario optimiste est le départ de Poutine, quelle qu’en soit la forme »

Lorsque The Conversation réalise cet entretien avec l’économiste russe Sergei Guriev au matin du 16 février, la mort du leader de l’opposition Alexeï Navalny n’a pas encore été annoncée. De fait, nous demandons notamment à M. Guriev dans quelle mesure la communauté internationale pourrait protéger son ami, qui purge une peine de dix-neuf ans de prison dans une colonie pénitentiaire située au-delà du cercle polaire arctique.

Quelques heures plus tard, la nouvelle tombe. De très nombreuses voix, y compris au plus haut niveau politique dans les pays occidentaux, et aussi au sein de l’opposition réelle russe, qualifieront cette mort d’assassinat politique. M. Guriev, qui a travaillé avec Navalny et a notamment permis au grand public occidental de mieux comprendre le projet politique de ce dernier, estime que « Poutine doit convaincre les Russes opposés à la guerre qu’ils constituent une petite minorité insignifiante. C’est pourquoi il était si important pour le Kremlin de faire taire Navalny. » Il apporte son soutien à la veuve de l’opposant, Ioulia Navalnaïa, elle-même économiste de formation, quand celle-ci annonce qu’elle reprendra le flambeau de son mari.

Dans ce contexte, le présent entretien, qui porte sur l’état de l’économie russe deux ans après le début de l’invasion à grande échelle de l’Ukraine, reste plus que jamais d’actualité, d’autant que l’Occident s’apprête à déclencher une nouvelle vague de sanctions en réponse à l’assassinat présumé de Navalny.

Sergei Guriev, l’un des économistes russes les plus éminents de sa génération, a été une voix écoutée par Dmitri Medvedev à l’époque où celui-ci était le président de la Fédération de Russie (2008-2012). Il a exercé les fonctions de recteur à la prestigieuse Nouvelle École d’Économie (Moscou), et siégé au conseil d’administration de nombreuses entreprises publiques. Mais il a fui la Russie…

La suite est à lire sur: theconversation.com
Auteur: Sergei Guriev, Professor of economics, Sciences Po