Culture : l’austérité au programme

« Absolument inédit ». Telle est l’expression utilisée par les organisations de salarié·es et d’employeur·euses membres de la branche de la convention collective nationale des entreprises artistiques et culturelles, dans leur pétition lancée le 9 avril, pour décrire le niveau des coupes budgétaires annoncées fin mars par Bruno Le Maire. À hauteur de 204,3 millions, à ventiler sur les programmes « création » (96 millions d’euros) et « patrimoine » (99,5 millions), l’attaque menace en effet « l’ensemble de l’écosystème, déjà largement déstabilisé par les effets de la sortie complexe de la crise sanitaire, et des crises inflationnistes et énergétiques plus récentes ». Cela alors, disent avec raison les auteurs du même document, qu’« une politique d’impôts justes et efficaces aurait permis d’empêcher » pareille mesure.


Sur le même sujet : Un « bon sens » à dix milliards

La décision gouvernementale passe d’autant plus mal auprès des syndicats que nulle concertation n’a été engagée pour le fléchage des coupes à opérer. Dans un article publié sur son site internet, le Syndicat national des entreprises artistiques et culturelles (Syndeac) dénonce par exemple le fait que le Pass culture soit épargné. Ses 300 millions d’euros d’aides font pourtant de ce dispositif le projet le plus soutenu par l’État en 70 ans de politique culturelle de la décentralisation. Ce qui ne dit rien de sa pertinence : la ministre de la Culture, Rachida Dati (guère davantage consultée que ses collègues pour la répartition de la razzia), la remettrait elle-même en cause, toujours selon le Syndeac.

« Moitié moins de spectacles, moitié moins de créations »

Pour l’heure, les quelques amputations annoncées…

La suite est à lire sur: www.politis.fr
Auteur: Anaïs Heluin