Derrière le choix d’une école privée, des ambitions parentales à long terme

En France, l’enseignement catholique représente 96 % des élèves scolarisés dans des établissements privés sous contrat. Ce secteur prend en charge 17,6 % des élèves du primaire et du secondaire, et accueille deux enfants sur cinq au cours de leur scolarité. Largement fréquenté par les enfants des classes supérieures, ce système d’enseignement constitue l’un des principaux canaux de formation des élites.

Dans son ouvrage « À l’école primaire catholique. Une éducation bien ordonnée » publié en octobre 2023 aux PUF, Emilie Grisez se penche sur les dispositifs éducatifs qui y sont déployés et montre comment ils favorisent l’acquisition précoce de compétences socialement valorisées. Voici un extrait de cette enquête ethnographique qui s’arrête sur les attentes des familles.


Les parents articulent différentes temporalités de façon à concilier une grande ambition scolaire et sociale pour leurs enfants et un idéal expressif qui vise à leur bonheur au temps présent. Si ces préoccupations peuvent entrer en tension, elles ne sont pas incompatibles : l’enfant peut être à la fois objet d’affection et d’ambition. Dans ces familles imprégnées de l’ethos managérial, elles prennent une tournure particulière : l’ambition va de pair avec une gestion de l’enfant comme projet, tandis que l’épanouissement est à la fois une fin en soi et un moyen de développer des soft skills valorisables sur le marché scolaire et du travail.

Penser le temps long : éduquer ses enfants comme on gère un projet

Les parents de l’école ont en commun de nourrir de grandes ambitions scolaires et sociales pour leurs enfants, pensées sur le long terme. Nombreux sont ceux qui anticipent d’ores et déjà les classes préparatoires, voire les responsabilités que leurs enfants pourraient être amenés à assumer dans leurs futurs emplois. Pour que ces ambitions aient une chance de s’accomplir, ils déploient un…

La suite est à lire sur: theconversation.com
Auteur: Émilie Grisez, Doctorante en sociologie à l’Ined et au Centre de recherche sur les inégalités sociales, Sciences Po