Des craquelures dans les peintures, quand le temps fait son œuvre

C’est bien Mona Lisa que vous voyez sur cette image, entièrement faite de fissures et de craquelures. Même sans les couleurs, les motifs de fissures diffèrent selon les pigments et les liants. On peut même voir les fissures dans la profondeur du tableau, par exemple sur le front, dont les fissures parallèles se distinguent bien de celles du paysage ou du ciel qui n’ont pas d’orientation particulière.

Les craquelures sont une des altérations qui mémorisent la vie d’une peinture. Avec une grande variété de morphologies dans la plupart des peintures de chevalet, elles présentent plusieurs intérêts pour les historiens d’art et les restaurateurs.

Tout d’abord, c’est un moyen d’authentifier les peintures. L’analyse des craquelures de Mona Lisa enregistrées sur des photographies prises depuis 1880 a permis d’authentifier la peinture et de lever les doutes exprimés après le vol du tableau en 1911.

Image multispectrale révélant les craquelures sur une partie de Mona Lisa.
Codex Images International, 2007

Les craquelures sont une « empreinte digitale » de l’œuvre d’art. En tentant de les reproduire, un faussaire laisse inévitablement et involontairement la marque de son époque. Ainsi, des composés chimiques découverts à une période bien postérieure à celle attribuée à une œuvre ont pu être utilisés pour développer des craquelures de manière artificielle. La classification approfondie de la craquelure dans les peintures de chevalet au fil des années est un moyen de discriminer celles qui se forment au cours du vieillissement et celles créées de manière accélérée, par exemple par des variations de température. Les craquelures ne mentent pas !

Étudier les craquelures pour mieux comprendre les œuvres et les processus créatifs

Les craquelures sont également révélatrices de la matière et des méthodes utilisées par les artistes. Elles ne se forment pas au hasard, mais obéissent aux lois de la physique et de la mécanique : une craquelure se propage en étant guidée par les tensions du milieu (la toile par exemple). Une fois les tensions relâchées, l’organisation des craquelures diffère par plusieurs caractéristiques, comme leur densité ou leur orientation.

[Près de 80 000 lecteurs font confiance à la newsletter de The Conversation pour mieux comprendre les grands enjeux du monde. Abonnez-vous aujourd’hui]

Ces caractéristiques sont affectées en particulier par la rigidité et l’épaisseur des couches, et parfois par la direction des coups de pinceau, les hétérogénéités de la peinture, ainsi que par le mode de sollicitation de la peinture : séchage, vieillissement de la peinture, déformation infligée par le support (panneau de bois, toile).

Les craquelures permettent donc d’obtenir des informations sur l’ensemble d’un tableau. Nous les étudions grâce à l’« imagerie multispectrale » qui permet d’enregistrer le spectre complet des couleurs, de l’ultraviolet à l’infrarouge, avec une extrême précision spectrale.

Des craquelures avec des motifs caractéristiques se forment aussi dans la boue qui sèche.
Ludovic Pauchard, Fourni par l’auteur

Les craquelures apparaissent alors comme de brusques variations de luminosité. Nous les recherchons sur l’ensemble des images multispectrales afin de localiser et différencier ces altérations en profondeur dans la couche picturale (la couche de peinture, qui peut être hétérogène avec un mélange de pigments de différentes tailles et de différentes rigidités, et de solvants sur différentes couches).

Cette technique d’imagerie préserve l’intégrité de l’œuvre. Elle est utilisée en complément d’analyses structurelles de la matière picturale, à l’aide d’analyses de prélèvements permettant, entre autres, une identification des pigments employés et d’autres techniques d’imagerie, comme la fluorescence sous éclairage UV ou la radiographie X par exemple.



Read more:
La correspondance de Marie-Antoinette aux rayons X

Par exemple, l’image permet de mettre en valeur trois régions spécifiques. Les craquelures verticales et parallèles très visibles dans le front de Mona Lisa sont très profondes, jusqu’à la surface du panneau de…

La suite est à lire sur: theconversation.com
Auteur: Ludovic Pauchard, Chercheur CNRS au laboratoire FAST (Fluides, Automatique et Systèmes Thermiques), Université Paris-Saclay