Dimanche de la Parole de Dieu : le pape François dénonce la « violence des paroles » des réseaux sociaux

À quelques mètres d’un pape revêtu de vert, couleur du « temps ordinaire » dans l’Église catholique, et eux-mêmes habillés de vêtements traditionnels de leurs propres pays, leur nom a raisonné sous la coupole de la basilique Saint-Pierre de Rome. Durant la messe célébrée à l’occasion du « Dimanche de la Parole de Dieu », institué en 2019 par le pape François, 11 fidèles ont été appelés, dimanche 21 janvier à être « lecteurs » et « catéchistes ». Une manière pour le pape d’insister sur l’importance de la « Parole de Dieu », qui constitue, a-t-il rappelé, les « sources de la foi ».

« Alors que l’on dit et qu’on lit continuellement des paroles sur l’Église » François a imploré que le dimanche de la parole de Dieu « nous aide à redécouvrir la Parole de vie qui résonne » au sein de l’institution catholique. Comme il le fait régulièrement depuis le début de son pontificat, le pape a encouragé ceux qui l’écoutaient à parler davantage de Jésus, afin de ne pas rester focalisés sur « nos pensées et nos problèmes ».

« La société et les réseaux sociaux accentuent la violence des paroles »

La Parole de Dieu, a développé François au cours de son homélie, « renverse les habitudes, ouvre des scénarios nouveaux, entrouvre des horizons insoupçonnés ». Une raison, selon le pape, de continuer à annoncer l’Évangile, même si le monde d’aujourd’hui, a-t-il dit, est déjà « rempli de paroles ». « Tandis que la société et les réseaux sociaux accentuent la violence des paroles, resserrons-nous la douceur de la Parole qui sauve », a encouragé François.

François, qui ne se lasse pas de donner des conseils concrets, a aussi encouragé les fidèles à lire régulièrement l’Évangile, dont il a conseillé d’avoir toujours un exemplaire à portée de main, « dans sa poche », « dans son sac » ou « dans son téléphone portable ». Des exemplaires de…

La suite est à lire sur: www.la-croix.com
Auteur: Loup Besmond de Senneville (à Rome)