Douleur persistante à l’épaule : les exercices sont-ils nécessaires ? Lesquels sont les plus bénéfiques ?

On estime que près de 70 % de la population sera confrontée à un épisode de douleur à l’épaule au cours de sa vie.

En soi, cette douleur ne poserait pas de problème si elle disparaissait aussi vite qu’elle apparaît. Malheureusement, elle a tendance à persister dans le temps. Chez la moitié des patients, la douleur persiste ou réapparait un an après son apparition initiale. Elle peut même persister plusieurs années dans certains cas.

On considère que 70 % des épisodes de douleur à l’épaule qui nécessitent une consultation auprès d’un professionnel de la santé peuvent être identifiés comme une douleur à l’épaule liée à la coiffe des rotateurs. Celle-ci fait référence à une douleur et une perte de fonction de l’épaule, principalement lors des mouvements nécessitant de lever le bras. Bien que plusieurs options efficaces s’offrent aux patients, un tiers d’entre eux ne constateront pas de changement significatif dans leur condition, et ce, peu importe les interventions utilisées.

Plusieurs raisons pourraient expliquer ce succès limité. Le choix des exercices prescrits et certaines caractéristiques psychologiques et contextuelles propres à chaque individu ont été identifiées comme des hypothèses potentielles.

Experts sur la douleur à l’épaule, nous proposons d’apporter un éclairage sur l’efficacité de diverses interventions pour la prise en charge de la douleur à l’épaule, et le rôle que certaines variables peuvent jouer dans la résolution de cette douleur.

Des questions importantes

Notre équipe de chercheurs s’est donc intéressée à savoir :

  1. S’il fallait prioriser un type d’exercices plutôt qu’un autre pour la prise en charge de la douleur à l’épaule.

  2. Si l’ajout d’exercices (la bête noire de plusieurs personnes qui consultent un professionnel de la réadaptation) menait à des bénéfices supplémentaires en comparaison à une intervention ne comprenant que…

La suite est à lire sur: theconversation.com
Auteur: Marc-Olivier Dubé, Physiothérapeute, Chercheur postdoctoral en réadaptation, Université Laval