{{Droit de réponse du Cras concernant l'article publié le 26/03/2024 par Iaata.info. sous le titre : “le Cras invite puis désinvite l'extrême droite antivax“.}}

Bonjour,

Depuis quelques années un vent mauvais (calomnies, pratiques policières, agressions, censures…) souffle sur le « mouvement » révolutionnaire. Toulouse n’est pas épargnée. Après d’autres, le Centre de documentation est ciblé par la publication, sur le site Iaata de Toulouse*, d’un article diffamatoire, mensonger et anonyme.

Signée par la Collégiale qui gère l’association voici le :

Droit de réponse du Cras concernant l’article publié le 26/03/2024 par Iaata.info. sous le titre : “le Cras invite puis désinvite l’extrême droite antivax“.

Le Cras prend ses distances, le Cras prend position.

Le Cras est un centre d’archives d’histoire sociale dédié à la mémoire des luttes révolutionnaires anticapitalistes et anti-autoritaires, locales et internationales. C’est un lieu dans lequel se déroulent des soirées-débats ; certaines sont organisées directement par l’association et dans d’autres cas le Cras prête ses locaux à des associations, à des groupes et à divers collectifs. Le programme de ces conférence/débats est décidé par la collégiale qui anime le Cras.

Mais, d’après certain.e.s, nous serions devenus poreux aux idées proches de l’extrême droite et cultiverions des proximités douteuses avec des « soraliens » racistes, masculinistes et homophobes et on ne s’en rendait même pas compte !
Heureusement qu’on a eu la mauvaise idée d’accepter d’accueillir une soirée publique pour parler des dangers des vaccins Covid.

Soyons parfaitement clair.es à ce sujet : une conférence dans nos locaux avec Christine Cotton et Jean-Marc Sabatier dont les accointances avec les milieux d’extrême droite sont avérés était, une bêtise, une erreur, une faute, dont acte.

Nous avons bien été prévenu.e.s par des militants antifascistes du site “action antifouchiste” de qui nous allions accueillir.
Le Cras a donc annulé cette conférence après une décision collective, ce qui…

La suite est à lire sur: iaata.info
Auteur: IAATA