D’une violence génocidaire à l’autre, l’impossible destruction de la Palestine

Dans cet article, l’universitaire palestinien Saree Makdisi examine les conséquences catastrophiques de la campagne de violence génocidaire contre Gaza. À travers une perspective historique, l’auteur montre en outre que l’objectif israélien d’éliminer le Hamas est sans doute vain, et que la seule issue possible au conflit israélo-palestinien est le démantèlement de l’État colonial d’Israël, soit la libération de la Palestine et le retour des réfugiés.

Saree Makdisi est professeur d’anglais à l’Université de Californie de Los Angeles (UCLA). Il est l’auteur de nombreux ouvrages parmi lesquels Tolerance is a Wasteland: Palestine and the Culture of Denial (University of California Press, 2022). 

***

J’ai grandi pendant la guerre civile au Liban. Avec mes parents et mes frères, j’ai enduré le siège israélien de Beyrouth en 1982. Je me souviens également de ce que nous pensions être la violence inégalée de l’invasion israélienne du Liban en 2006. Mais rien de ce que j’ai vu, de ce que mes proches ont vu, n’égale même de loin ce dont nous sommes les témoins impuissants à Gaza aujourd’hui.

Depuis le 7 octobre, les Israéliens bombardent la bande de Gaza et ont tué plus de 11 000 personnes, dont près de 5 000 enfants [au 14 novembre]. L’ampleur et l’horreur de ces chiffres, l’étendue de la calamité infligée méthodiquement à toute une population aux yeux du monde entier, deviennent encore plus évidente lorsqu’on les considère en termes comparatifs. En trois semaines, Israël a tué plus de civil.es que les Russes en près de deux ans de guerre totale en Ukraine, un pays dont la population est vingt fois supérieure à celle de Gaza et dont la superficie en est plus de mille fois supérieure[1]. Save the Children a indiqué qu’Israël avait tué plus d’enfants au cours des trois premières semaines de bombardement de Gaza que le nombre d’enfants tués chaque année depuis 2019 dans…

La suite est à lire sur: www.contretemps.eu
Auteur: redaction