Echec des négociations sur l'emploi des seniors, la convention d'assurance chômage compromise

Les 48 dernières heures de tractations n’auront pas suffi: les syndicats ont dressé dans la nuit de mardi à mercredi un constat d’échec de trois mois et demi de négociations sur l’emploi des seniors, compromettant la validation par le gouvernement de la convention d’assurance chômage négociée à l’automne.

Le texte final soumis à la signature par les organisations patronales ne crée « aucun droit nouveau pour les salariés », a regretté le négociateur de la CFDT Yvan Ricordeau, à l’issue des pourparlers, un constat partagé par les quatre autres syndicats.

« Il n’y a pas de nouveau droit, il y a moins de destructions (de droits) que prévu, mais surtout des grands manques », a aussi pointé le négociateur de FO Michel Beaugas, qui a réservé la position de son organisation.

« On va lister les plus et les moins: il n’y aura pas beaucoup de plus », a expliqué Denis Gravouil pour la CGT. « L’avis que je vais faire passer à nos instances n’est pas favorable », a renchéri Eric Courpotin (CFTC), tandis que Jean-François Foucard (CFE-CGC) a dit qu’il proposerait à son instance dirigeante « de ne pas signer cet accord ».

Plusieurs syndicats ont souligné le fait qu’une ouverture patronale sur un droit à la retraite progressive aurait pu changer la donne, mais le Medef comme le gouvernement ont argué que la mesure coûtait trop cher.

« Le patronat ne voulait pas de cette négociation depuis le départ, il a essayé de la retourner dans son sens » pour mieux l’évacuer, a estimé M. Ricordeau. L’adhésion de la CFDT au texte était déterminante pour parvenir à un compromis.

FO et la CFDT vont réunir mercredi et jeudi leurs instances dirigeantes pour décider formellement de valider ou non l’accord, mais les déclarations négatives de leurs négociateurs ne laissent guère de doute sur le fait que leur décision sera négative.

La cinquième et dernière version du texte, qui comportait très peu de modifications sur le fond par rapport aux deux…

La suite est à lire sur: www.la-croix.com
Auteur: