Élection de Lai Ching-te à Taïwan : quel impact sur la relation avec Pékin ?

Le 13 janvier 2024, le vice-président sortant Lai Ching-te (William Lai), membre du Parti démocrate progressiste (DPP) de la présidente Tsai Ing-wen (élue en 2016 et réélue en 2020), a remporté l’élection présidentielle taïwanaise avec 40,1 % des suffrages. Il devance les représentants des deux autres grands partis taïwanais : Hou You-yi (Kuomintang, 33,5 %) et Ko Wen-je (Parti populaire taïwanais, 26,5 %). Ces deux formations avaient brièvement envisagé une candidature commune mais n’étaient pas parvenues à s’entendre et se présentèrent en ordre dispersé.

Lai, 64 ans, sera pour les quatre prochaines années le septième président de la République de Chine (Taïwan), le cinquième démocratiquement élu et le troisième issu du DPP. Si l’élection présidentielle est marquée par la continuité du pouvoir du DPP, qui s’engage dans un troisième et inédit troisième mandat consécutif, le parti présidentiel, qui disposait d’une majorité absolue au Yuan législatif (Parlement, 113 sièges au total) avec 61 sièges, doit désormais affronter une opposition qui s’appuie potentiellement sur 60 sièges. En effet, à l’issue des législatives tenues le même jour que la présidentielle, le DPP a perdu 10 sièges et en dispose aujourd’hui de 51, tandis que le Kuomintang (KMT) en a remporté 14 et en possède désormais 52. Le Parti populaire taïwanais (TPP) est passé de son côté de 5 à 8 sièges entre 2020 et 2024.

Le nouveau président doit surtout son succès à l’incapacité de ses opposants à composer un ticket unique, à la mobilisation des électeurs du DPP et au bilan globalement positif du gouvernement de Tsai Ing-wen, dont il restera le vice-président jusqu’à la passation de pouvoirs le 20 mai. Il bénéficie par ailleurs d’une image positive auprès de la population. Son score est cependant très nettement inférieur à celui de Tsai, qui avait rassemblé plus de 57 % des suffrages en…

La suite est à lire sur: theconversation.com
Auteur: Barthélémy Courmont, Directeur du master Histoire — Relations internationales, Institut catholique de Lille (ICL)