Élisabeth Borne, le grand vide écologique

La Première ministre Élisabeth Borne a démissionné le 8 janvier. Son mandat marqué par des lois droitières et les 49.3 aura vu la poursuite des grands projets destructeurs. Et la cause climatique passer encore à la trappe. La Première ministre, Élisabeth Borne, a remis sa démission à Emmanuel Macron lundi 8 janvier en début de soirée. Outre ses passages en force à coup de 49.3 (23 en dix-huit mois), la réforme des retraites et l’infamante loi sur l’immigration négociée avec la droite, que retenir de son (…)

Lire la suite


Édito

/
Politique

La suite est à lire sur: reporterre.net
Auteur: Gaspard d’Allens