Ellis Island, au seuil du rêve américain

Cette photographie a été prise dans le centre d’accueil des étrangers qui a ouvert en 1892 à Ellis Island, une île en face de Manhattan dans la baie de New York. C’est Lewis Hine (1864-1940) qui l’a prise – il fut un des premiers à utiliser la photographie comme un outil documentaire, notamment en faveur d’une plus grande justice sociale.

À la fin du XIXe siècle, de nombreux Américains craignaient un flux migratoire important et avaient réclamé des mesures pour le réduire. Le centre d’Ellis Island fut donc créé afin de sélectionner les candidats à l’immigration, de plus en plus nombreux en provenance d’Europe centrale, de l’Est et du Sud. À Ellis Island, il s’agissait de contrôler leur éligibilité et de repousser ceux qui représenteraient un problème social ou politique pour la nation.

Ellis Island est donc devenue une porte d’entrée de l’Amérique : une « golden door » pour les candidats européens à l’immigration, mais également un barrage pour ceux qui ne répondaient pas aux critères requis. Savoir lire et écrire, être en bonne santé, avoir des ressources suffisantes, ne pas être un anarchiste… entre autres. Ceux-ci étaient alors renvoyés dans leur pays d’origine – soit environ 2 % des 11,6 millions d’Européens arrivés entre 1891 et 1910 (période pendant laquelle cette photographie a été prise).

Aussi, Ellis Island demeurait « l’île de l’espoir », un surnom donné par les historiens et inspiré des rumeurs parmi les immigrants. Mais les conditions d’accueil étaient souvent précaires et longues, quelquefois brutales, inflexibles et traumatisantes.

L’image comme témoin de la réalité migratoire et comme outil politique

Lewis Hine, dans une démarche sociopolitique, a souhaité témoigner de cette réalité de l’expérience migratoire, que celle-ci soit triste ou optimiste ; c’était la spontanéité de la situation qui lui importait de saisir, comme…

La suite est à lire sur: theconversation.com
Auteur: Marie-Christine Michaud, Professeure des universités en études nord-américaines, Université Bretagne Sud