En oligarchie élective, se dire démocrate permet de séduire les foules et de se présenter comme un vrai défenseur des intérêts du peuple

Qu’on vote ou pas aux différentes élections, il est important de garder en tête certaines vérités, pour ne pas se laisser enfumer par les oligarques et médias dominants :

« Ceux que l’on qualifie de “pères fondateurs” des “démocraties” modernes aux États-­Unis et en France, mais aussi au Canada et ailleurs, n’ont jamais prétendu fonder une démocratie. Bien au contraire, ils étaient ouvertement et farouchement antidémocrates, car ils ne voulaient pas que le peuple puisse se gouverner directement. Ils étaient en faveur d’une “république”, terme par lequel ils désignaient un régime dans lequel le pouvoir législatif se trouve entre les mains des parlementaires auxquels le pouvoir exécutif — le gouvernement — doit rendre des comptes et, très souvent, demander d’approuver le budget et le choix des ministres. Leur modèle n’était pas Athènes, mais bien Rome, avec son sénat, ses élections et l’absence d’assemblées populaires. À Rome, déjà, Quintus Cicéron expliquait aux candidats, dans son Petit manuel de campagne électorale, que l’électorat préfère “un mensonge de ta part plutôt qu’un refus” et que “ce qui est indispensable, c’est de connaître le nom des électeurs, de savoir les flatter, d’être assidu auprès d’eux, de se montrer généreux, de soigner sa réputation et de susciter, pour la manière dont on conduira les affaires de l’État, de vifs espoirs”. Le parlementarisme s’inscrit donc dans une vieille tradition de l’Antiquité, mais qui n’a rien à voir avec Athènes et sa démocratie (directe). La caste parlementaire commencera à se prétendre “démocrate” et à utiliser le mot “démocratie” pour parler de l’État seulement deux générations après la fondation des États-Unis d’Amérique ou de la première Révolution française, et aussi tardivement que vers 1917 au Canada. Cette nouvelle terminologie ne s’est accompagnée d’aucun changement…

La suite est à lire sur: ricochets.cc
Auteur: