En Pologne, la bataille pour le contrôle des médias publics tourne à la confusion

► Que se passe-t-il à la télévision publique polonaise ?

La victoire de la coalition pro-européenne aux législatives, face aux conservateurs de Droit et Justice (PiS), a débouché sur une situation confuse : le ministre de la culture du nouveau gouvernement a démis la direction de la télévision publique (TVP) et a nommé Tomasz Sygut à la présidence. Mais l’ancien conseil de surveillance de TVP a nommé son propre candidat, Maciej Łopiński, tandis que le Conseil des médias nationaux (RMN), organe créé par le parti PiS mais considéré par le nouveau gouvernement comme légalement « inexistant », en a nommé un troisième, l’ancien présentateur Michał Adamczyk.

De son côté, le président Andrzej Duda, proche de PiS, a mis son veto au versement d’une subvention de 700 millions d’euros aux médias publics. Cette mesure a été immédiatement utilisée par le ministre de la culture pour justifier la mise en liquidation de ces trois sociétés (télévision, radio et agence de presse), afin d’assurer leur restructuration.

Pour les téléspectateurs, depuis le 22 décembre, un seul programme d’information rebaptisé « 19.30 » est diffusé. De nouveaux présentateurs évoquent l’actualité sur un ton neutre. La chaîne d’information en continu TVP Info, reste muette. Mais les visages connus de l’époque de PiS se retrouvent sur le réseau social X (anciennement Twitter) ou sur la chaîne d’extrême droite Republika, pour dénoncer « le coup de force contre les médias publics ».

► L’action du gouvernement est-elle légale ?

Les experts soulignent que la situation légale complexe, héritée du gouvernement précédent, empêche de trouver une solution acceptable pour tous. Le premier ministre Donald Tusk a déclaré le 27 décembre que toutes les décisions du ministre de la culture sont conformes à la loi. « Si quelqu’un le voit autrement, qu’il aille en justice. Ce n’est pas Jaroslaw…

La suite est à lire sur: www.la-croix.com
Auteur: Magda Viatteau (correspondante à Varsovie)