Enquête PISA : derrière la baisse de niveau, une hausse des inégalités scolaires ?

PISA (Programme for International Student Assessment) est une enquête internationale sur les compétences des élèves de 15 ans environ, réalisée tous les 3 ans par l’OCDE (Organisation de coopération et de développement économiques). De manière exceptionnelle, la dernière vague du test PISA a été effectuée avec une année de décalage (2022 au lieu de 2021), du fait de la crise sanitaire de 2020.

Parus le 5 décembre 2023, les résultats de cette enquête ont fait grand bruit et suscité de multiples articles sur la baisse de niveau des élèves français. Faut-il imputer ce déclin à une conjoncture propre à l’Hexagone ? Ou ce fléchissement des compétences concerne-t-il l’ensemble des pays ?

Pour bien situer et comprendre ces résultats, se focaliser uniquement sur les classements publiés pour 2022 s’avère réducteur. Nous en proposons une grille de lecture autour d’un groupe de pays formant un ensemble homogène et similaire à la France, réunissant 18 pays européens, dont l’Allemagne, l’Espagne, l’Italie, le Danemark ou la Suède, et trois pays asiatiques, dont le Japon (la liste complète des pays pris en compte figure en note dans le Tableau 1), afin de voir dans quelle mesure la France aurait une performance déviante.

Une baisse généralisée des performances scolaires dans les pays européens

De prime abord, il apparaît avec évidence que la performance française chute dans les différents domaines de compétences évalués par PISA. Sur les vingt dernières années, la baisse représente environ 37 points en mathématiques et 22 points en lecture. Bien que ces diminutions soient conséquentes, il nous semble important de les placer en comparaison avec d’autres pays européens.

Nous constatons ainsi que les écarts de performance entre la France et les principaux pays européens n’ont été significatifs qu’en 2003, et ceci surtout pour les mathématiques. Même si, dans cette dernière…

La suite est à lire sur: theconversation.com
Auteur: Nadir Altinok, Maître de conférences, UMR BETA, Université de Lorraine