Entre Le Pen, Trump et Macron : plus aucune différence


Qui a dit, le 18 juin 2024, en pleine campagne électorale, alors que l’extrême droite est aux portes du pouvoir :«Dans le programme de l’extrême-gauche il n’y a plus de laïcité, plus de lois immigration et puis il y a des choses complètement ubuesques comme aller changer de sexe en mairie».«C’est un programme totalement immigrationniste».



Marine Le Pen ? Eric Zemmour ? S’agit-il d’un extrait d’un discours de Trump ou de Victor Orban ?


Non, ce sont les mots d’Emmanuel Macron s’adressant à des vieillards qui s’exclament, lobotomisés par les peurs artificielles fabriquées par les médias et l’extrême droite. Voilà les instincts que flatte Macron : les paniques racistes et transphobes de personnes âgées. On est proche de l’abus de faiblesse.

Ces propos assimilent la fin de la laïcité et l’immigration, sont truffés de propos réactionnaires, transphobes et complotistes.

L’usage des mots est édifiant : «immigrationniste» est un terme directement issu du lexique des fascistes pour disqualifier la gauche qui propose d’accueillir dignement les réfugié-es. De même, traiter «d’extrême gauche» une alliance électorale qui va jusqu’à François Hollande, et dont le programme est timidement social-démocrate, est un mensonge et la preuve que Macron se positionne à la droite radicale.

Pourtant, ces propos d’extrême droite sont cohérents : Macron a déjà parlé “d’ensauvagement”, de “réarmement”, il a réhabilité Pétain, voté des lois racistes avec le RN… Mais tout de même : avec un président à ce point aligné sur l’extrême droite, Le Pen et Bardella n’ont même pas besoin de faire campagne.

En 2017, les médias ont vendu Macron comme un «libéral progressiste». La réalité nous prouve qu’il s’agissait d’un manager pétainiste et tout puissant.


Chaque jour qui passe le démontre, Macron n’a qu’une seule stratégie avec cette dissolution : livrer le gouvernement à…

La suite est à lire sur: contre-attaque.net
Auteur: B