Et si les enfants faisaient plus d’activité physique grâce aux cours d’EPS à l’école ?

Le constat est aujourd’hui accablant : les jeunes Français présentent des taux alarmants de surpoids et d’obésité, ils ne bougent pas assez.

Pourtant, l’activité physique est la première arme contre les pathologies chroniques. Ses effets se révèlent également très bénéfiques sur la cognition, la dépression et le sommeil. Des habitudes d’activité physique régulière, quotidienne doivent donc être prises dès l’enfance si l’on souhaite qu’elles soient conservées à l’âge adulte.

60 minutes d’activité physique modérée à intense par jour chez l’enfant, selon l’OMS

Chez les enfants, en particulier, l’Organisation mondiale de la santé (OMS) fait de la lutte contre la sédentarité (et contre la malnutrition) une de ses priorités d’action. Selon l’OMS, les enfants de 5 à 17 ans devraient accumuler au moins 60 min par jour d’activité physique d’intensité modérée à soutenue (3 METs).

Le niveau d’activité physique est évalué selon la dépense énergétique journalière, exprimée en METs (Metabolic Equivalent Task). Une activité physique d’intensité modérée à très intense correspond à une dépense énergétique de 3 à 9 METs. Par comparaison, la sédentarité se caractérise par une dépense énergétique journalière inférieure à 1,6 METs.


Chaque mardi, notre newsletter « Et surtout la santé ! » vous donne les clés afin de prendre les meilleures décisions pour votre santé (sommeil, alimentation, psychologie, activité physique, nouveaux traitements…)

Abonnez-vous dès aujourd’hui.


Une sédentarité en progression quand les JO promeuvent le sport à tous les âges

L’activité physique que les enfants pratiquent à l’école primaire est rarement suffisante pour endiguer la progression de la sédentarité.

À l’heure d’une promotion médiatique intense autour de l’accueil…

La suite est à lire sur: theconversation.com
Auteur: Eric Hermand, Maître de Conférences en physiologie, Université Sorbonne Paris Nord