Expulsions locatives avant les JO 2024 : les proprios sont des parasites


Depuis le mois de février, la presse de l’hexagone s’alarme. Les propriétaires parisiens expulsent leurs locataires à tour de bras en prévision des JO 2024, dans l’objectif de louer au prix fort aux touristes cet été.


Les fins de bail auraient ainsi augmenté de 20% en janvier dernier, selon l’agence départementale d’information sur le logement. Ces pratiques d’expulsions déguisées sont illégales. Pour s’inscrire dans la loi, les propriétaires maquillent les véritables raisons de la rupture du contrat de location. Paris est “une zone tendue”, c’est-à-dire une zone où il est difficile de trouver un logement. Les locataires se retrouvent donc sans solution et en galère, dans une ville où les loyers sont déjà excessifs.

Le congé de reprise pour habiter un bien est encadré par l’article 15 de la loi de 1989. Légalement, un propriétaire doit informer par courrier son locataire, en respectant un préavis, qu’il compte récupérer son logement. Le motif de la reprise concerne la vente, ou la reprise afin d’y habiter ou y faire habiter ses proches. Sauf que certains propriétaires indiquent qu’ils reprennent le bail pour l’occuper, alors qu’ils le remettent en location dans la foulée pour le louer plus cher… Un cas de congé de reprise frauduleux.

L’appétit vorace de ces propriétaires charognards est sans limite. Ils vont se gaver grâce à l’afflux de spectateurs du monde entier qui vont débarquer dans la capitale pour la compétition. Exit les locataires, place nette pour les touristes sportifs. Les appartements habituellement consacrés à de la location longue durée se retrouvent sur les sites de location touristique spécialisés tels que Airbnb ou Abritel. L’effet d’aubaine est immense pour ces ordures de proprios…

Près de 16 millions de visiteurs sont attendus à Paris cet été. Les tarifs dans l’hôtellerie explosent. Les hôteliers parisiens font flamber le prix les nuitées de 226%…

La suite est à lire sur: contre-attaque.net
Auteur: B