Extrême droite : un responsable national de Sud-Rail menacé par le GUD

Le local syndical de Sud-Rail Paris Nord a été ciblé par l’extrême droite dans la nuit du mercredi 6 au jeudi 7 décembre. Sur ces collages, apparaissait notamment le visage du syndicaliste Erik Meyer, secrétaire fédéral Sud-Rail. Un collage revendiqué par le “Groupe union défense Paris” (GUD), qui rappelle que l’extrême droite raciste et xénophobe n’hésite pas à s’en prendre aussi au syndicalisme à la lutte sociale.

Si l’extrême droite à l’habitude de s’en prendre aux syndicats, le GUD a aussi ciblé directement le syndicaliste Erik Meyer, dont le portrait a été affublé d’un “wanted”,  “avec le style des affiches de Western“, note Sud-Rail. “Le choix d’être venu coller cette affiche sur notre porte n’est pas anodin. C’est un message qui se veut également une intimidation et des menaces contre le syndicat régional SUD-Rail Paris Nord et leurs syndiqués“, explique SUD-Rail par voie de communiqué, qui rappelle aussi “à quel point l’idéologie d’extrême droit est du côté de ceux qui nous exploitent“.

Anarchiste. Black Bock. Syndicaliste d’extrême gauche. Mettons en pleine lumière les idéologues trotskistes du chaos“, pouvait-on aussi lire sur ces collages. SUD-Rail y voit là la marque d’une extrême droite nationaliste toujours prête à s’en prendre physiquement aux “immigrés, aux musulmans, aux syndicalistes“. “L’extrême droite a toujours été un ennemi mortel des travailleurs, en les divisant, par leurs origines ou leurs religions“, ajoute le syndicat, soulevant qu’Erik Meyer défendait dans les médias ces dernières semainesla perspective d’une grève pour des augmentations de salaire“.

Organisation étudiante d’extrême droite très présente à Paris dans les décennies 1970 et 1980, le GUD, multiplie à cette période les agressions racistes et des rixes violentes avec des étudiants et des groupes antifascistes. D’anciens cadres du GUD…

La suite est à lire sur: rapportsdeforce.fr
Auteur: Simon Mauvieux