Face à la "Glucksmania", les Insoumis voient rouge

Le retour des gauches irréconciliables? La montée de Raphaël Glucksmann dans les sondages a de quoi inquiéter LFI, qui dénonce à l’approche des européennes le retour d’une « vieille gauche » sociale-démocrate, susceptible de remettre en cause une domination issue des scores de Jean-Luc Mélenchon.

Alors qu’il y a quelques mois, socialistes, écologistes et Insoumis se talonnaient dans les sondages, Raphaël Glucksmann a pris une certaine avance sur ses concurrents de gauche, au point d’ambitionner maintenant de doubler la candidate de la majorité, Valérie Hayer.

Pis encore pour La France insoumise, l’essayiste et eurodéputé de 44 ans met en avant une autre orientation, moins radicale que celle des Insoumis. « Il faudra une union de la gauche après ces élections, mais ça ne sera pas sur la ligne de Jean-Luc Mélenchon », a-t-il même prévenu la semaine dernière.

Pour les Insoumis, remettre ainsi en question leur figure tutélaire, forte de ses 22% à la dernière présidentielle, relève presque du crime de lèse-majesté.

« S’il redonne de l’oxygène à la gauche François Hollande, ça va être le désordre. Leur ligne va considérer, à tort, que c’est à eux d’avoir la main », prévient Manuel Bompard.

Pour le coordinateur de LFI, le fondateur de Place publique, identifié comme mondain et parisien, est difficilement un homme de gauche.

« S’il progresse un peu, c’est en prenant des voix chez les macronistes », assure-t-il, en demandant: « Quelle est la différence entre Glucksmann aujourd’hui et Macron en 2016? ».

« Ils essayent de le caricaturer », répond un cadre socialiste alors qu’un député du parti à la rose estime que leur candidat « prend pas mal chez Jean-Luc Mélenchon, un peu chez Macron et un peu chez les Verts », dont la campagne peine à décoller malgré un lancement dès le mois de décembre.

Un…

La suite est à lire sur: www.la-croix.com
Auteur: