«Fermer la gueule» de l’opposition politique


Expression porcine, idées sales, bouche satisfaite : ce mercredi 6 décembre sur RTL, le président du Sénat Gérard Larcher insulte Mélenchon. Il s’écrie «ferme ta gueule» avec l’approbation souriante des journalistes qui le félicitent : «les choses sont claires».


Imaginez une seule seconde qu’un représentant de gauche s’amuse à dire «ta gueule» à l’antenne d’un média. Ce serait une semaine de polémiques pour dire à quel point la FI est dangereuse et violente. Ici, c’est tout juste s’il n’est pas applaudi.

Rappelez-vous qu’à chaque fois que Mélenchon hausse un peu la voix, il est traité de «danger pour la démocratie» et classé «hors de l’arc républicain». S’il critique une éditorialiste, tout le monde fait bloc contre lui.

Mais insulter, menacer et diffamer le premier parti de gauche est autorisé, encouragé même. On rappelle que de simples injures contre Macron ou Darmanin sur internet ont valu des arrestations à des internautes. Que Zemmour a été soutenu par le président quand il a été invectivé dans la rue. Contre la gauche, c’est open bar : tout est permis. D’un côté, chaque parole de la France Insoumise est diabolisée. De l’autre, on peut la traîner dans la boue.

Cette insulte s’inscrit dans la continuité de procès en direct sans aucun Insoumis invité, d’appels à «dégommer physiquement» Mélenchon, qualifié «d’imam», «d’islamo-gauchiste» et «d’antisémite» voire de terroriste. Il y a même des appels à dissoudre la France Insoumise. Même Jean-Marie Le Pen, à l’époque où il assumait ses penchants nazis, n’a jamais été traité ainsi par les médias.

Il faut saisir le moment. Ce n’est pas Mélenchon qui est seulement visé. La caste médiatique s’attaque avec une violence jamais vue à un parti de gauche représentant des millions de personnes. Derrière ces attaques, c’est toute l’opposition qui est visée.

Ce qu’il se passe avec la gauche…

La suite est à lire sur: contre-attaque.net
Auteur: B