Foot 1 – Nature 0 : un projet de stade menace les derniers espaces verts de Bruxelles

Forest (Belgique), reportage

« Non mais sérieux, c’est quoi cette couleur ?! » À Forest, une commune de Bruxelles, porter une veste mauve est un « fashion faux pas » footballistique, et nous l’avons appris à nos dépens : ici, on supporte la Royale Union Saint-Gilloise, et le mauve est la couleur… d’Anderlecht, rival bruxellois de l’Union. Bière à la main devant la Brasserie des alliés, deux supporters nommés Fred, drapés du bleu et du jaune du mythique club bruxellois, s’apprêtent à décoller vers le stade Joseph Marien situé à 100 mètres du troquet. Au menu aujourd’hui, un match contre le Cercle Bruges, dans cette enceinte historique accueillant les matchs de l’Union, comme on l’appelle ici, depuis 1921. Pourtant, les jours du club dans sa demeure centenaire sont comptés.

Avec sa façade d’un autre siècle, son ambiance conviviale, son club-house à l’ancienne et sa taverne aux allures de café des sports d’un petit village, le stade Marien est une utopie fleurant bon une époque disparue. « Le football, ici, est totalement hors du temps », résume l’un des Fred. Ce côté « vintage » fait la force de l’Union… mais aussi sa faiblesse : le stade est totalement hors d’âge et inadapté au football moderne. « On va perdre un stade d’une authenticité rare. Mais c’est la loi du football », déplore le supporter résigné.

L’Union a en effet décidé de quitter Marien, et de construire un nouveau stade. Le choix du futur site s’est porté sur la zone du Bempt, à la périphérie de la commune de Forest. C’est sur ce terrain municipal que les dirigeants veulent ériger un nouvel écrin flambant neuf de 15 000 places minimum, financé sur fonds privés.

« Ce stade, c’est un mal nécessaire »

Ces dernières années, les excellents résultats de la Royale Union Saint-Gilloise et son univers si spécial ont contribué à remplir l’antique stade de 9 000 places. Le club…

La suite est à lire sur: reporterre.net
Auteur: Mehdi Laïdouni, Théo Heffinck