Gaza : planifier la reconstruction et le redressement après la guerre

Dans une déclaration publiée à l’occasion des six mois de conflit, le Coordinateur des secours d’urgence des Nations Unies, Martin Griffiths, a noté que la guerre fait chaque jour davantage de victimes civiles, après l’horreur du 7 octobre, puis la mort et la dévastation qui se sont abattues sur la population de Gaza depuis lors.

« Rarement l’indignation mondiale n’a été aussi grande face au bilan du conflit, alors que rien ne semble avoir été fait pour y mettre fin et qu’au contraire l’impunité est si grande », a-t-il déclaré.

M. Griffiths a ajouté que cet événement macabre ne devait pas seulement être un moment de commémoration et de deuil, mais qu’il devait également susciter une détermination collective à faire en sorte que l’on tienne compte de cette trahison de l’humanité.

L’avenir

On ne sait pas encore combien de destructions et de morts Gaza devra encore endurer avant que la paix ne s’installe dans l’enclave palestinienne, ni quel type de société émergera du conflit, mais six mois après le début des hostilités, les agences de l’ONU élaborent déjà des stratégies pour l’avenir, même si celui-ci est incertain.

Certaines boulangeries de Gaza fonctionnent encore.

Emplois et économie

« Gaza a connu une destruction presque totale de l’activité économique dans tous les secteurs ». Telle est l’analyse accablante d’Aya Jaafar, Economiste à l’Organisation internationale du travail (OIT).

L’OIT estime que plus de 200.000 emplois ont été perdus à Gaza, soit environ 90% de la main-d’œuvre d’avant le conflit. L’agence des Nations Unies calcule également que les pertes de revenus ont atteint 4,1 millions de dollars par jour, ce qui équivaut à une diminution de 80% du PIB de l’enclave (la somme d’argent gagnée par la vente de tous les biens et services). Ce chiffre inclut les Palestiniens qui ont reçu des salaires pour des travaux effectués en Israël et qui sont…

La suite est à lire sur: news.un.org
Auteur: Nations Unies FR