Gaza vit "l'enfer sur terre" selon l'ONU, la pression monte contre Israël

La pression internationale monte contre Israël, avec l’appel à une écrasante majorité de l’Assemblée générale des Nations Unies à un « cessez-le-feu humanitaire » dans la bande de Gaza, devenue « l’enfer sur terre » selon l’ONU en raison des bombardements incessants et des conditions humanitaires chaque jour plus terribles.

Et pour la première fois depuis le début de la guerre, le président américain Joe Biden a critiqué publiquement le gouvernement israélien pour son opposition à une « solution à deux Etats » et l’a mis en garde contre une érosion du soutien de l’opinion publique mondiale à cause de ses bombardements « aveugles » sur Gaza.

Prenant le relais d’un Conseil de sécurité paralysé, l’Assemblée générale de l’ONU a réclamé mardi « un cessez-le-feu humanitaire immédiat », dans une résolution adoptée par 153 voix pour, 10 contre, et 23 abstentions. Mais le texte, non-contraignant, ne condamne pas le Hamas, une absence fustigée par Israël et les Etats-Unis qui ont voté contre.

« Pourquoi est-ce si difficile de dire sans équivoque que tuer des bébés et abattre des parents devant leurs enfants est horrible? », a lancé l’ambassadrice américaine Linda Thomas-Greenfield.

« Le temps est venu de rejeter la faute sur ceux qui le méritent, les monstres du Hamas », a insisté pour sa part l’ambassadeur israélien Gilad Erdan, répétant que selon lui, un cessez-le-feu ne ferait que renforcer le mouvement islamiste palestinien au pouvoir à Gaza depuis 2007.

« Le message puissant de l’Assemblée générale représente un jour historique », a salué pour sa part l’ambassadeur palestinien à l’ONU Riyad Mansour.

La population dans la bande de Gaza, où 85% des 2,4 millions d’habitants ont été déplacés et des quartiers entiers détruits par les bombardements, vit « l’enfer sur terre », a lancé le directeur de l’agence de l’ONU pour les réfugiés palestiniens (Unrwa), Philippe Lazzarini.

La suite est à lire sur: www.la-croix.com
Auteur: